BIOGRAPHIE
Charles Daudelin naît à Granby le 1er octobre 1920 et suit quelques cours de dessin dans sa ville natale avant d’aller s’installer à Montréal en 1939, sur les recommandations de Paul-Émile Borduas qu’il rencontre par l’intermédiaire de son ami Paul Goyette.
 
Note: Les textes des années 1939 à 1997 de ce Parcours chronologique ont été rédigés à partir d’extraits du catalogue DAUDELIN publié en 1997 par le Musée du Québec. Nous les utilisons avec la permission des auteurs.








Les années 1939 à 1945 
Les années 1946 à 1948 
Les années 1948 à 1957 
Les années 1958 à 1965 
Les années 1966 à 1973 
Les années 1974 à 1997 
Les années 1997 à 2001 
Les années 2002 à 2010 

Les années 1948 à 1957

En août 1948, de retour au Canada, Charles et Louise Daudelin travaillent à leurs premières marionnettes en prévision d’un spectacle comprenant deux pièces proposées par Monsieur Guignolet, qui agit comme « directeur » du Théâtre des Marionnettes: La racine d’Amérique de Gaston Baty et Mentons bleus de Georges Courteline, présentées au Théâtre des Compagnons du 20 au 26 novembre 1948 avec supplémentaires du 2 au 4 décembre.

Du 10 au 24 février 1949, la Société artistique de l’Université de Montréal présente, dans le grand hall d’honneur, une exposition comprenant 51 peintures de Daudelin dont Le Joueur de basket-ball (cat. 42), Odalisque (cat. 43), La Femme sur la plage (cat. 44), Le Solitaire (cat. 45), Femme assise (cat. 47) et Tête sur fond noir (cat. 49).

Du 26 juillet au 11 août 1949, Charles et Louise Daudelin animent trois numéros de marionnettes pour les enfants dans 11 parcs de la ville de Montréal. Jonas dans la baleine, Le petit chaperon rouge et Le cirque, où figurent Le Clown Ric (cat. 64) et Cléopâtre (cat. 65), sont présentés par les marionnettes Carotte et Noiraud (cat. 62 et 63). Au même moment, Daudelin travaille à la conception de deux murales de 9 pieds par 18 pieds pour la Taverne Peel (cat. 57 à 61), à Montréal, et à des reliefs pour les murs extérieurs d’un projet d’habitation à Côte Saint-Luc, dans la même ville.

À l’automne de 1949, Daudelin exécute pour le compte de la Compagnie du Masque les décors de la pièce La farce de maître Patelin.

Du 12 au 25 avril 1950, Daudelin présente 19 dessins et quelques marionnettes au Comptoir du livre, rue Saint-Denis à Montréal.

En juillet et août 1950, Charles et Louise Daudelin animent de nouveau leur théâtre de marionnettes pour enfants avec, en reprise, Le cirque et un nouveau numéro, Le printemps, d’après une légende indienne.

À l’automne de 1950, débute la construction de la maison de Charles et Louise Daudelin à Kirkland, d’après les plans de Charles Trudeau, de chez Rother et Trudeau (fig. 5).

Juillet et août 1951, les spectacles de marionnettes sont repris dans 24 parcs de la ville, sous le patronage de La santé par le lait avec de nouveaux personnages.

Le 30 novembre 1951, Charles et Louise Daudelin participent, avec un spectacle de marionnettes, à la première télédiffusion expérimentale de Radio-Canada à l’occasion de la visite d’un comité parlementaire.

Le 29 décembre 1951 et le 3 janvier 1952, les Daudelin présentent Jonas dans la baleine, Le petit chaperon rouge, Le cirque et Mademoiselle Josette - où l’on retrouve Gogo (cat. 76), Rodolphe (cat. 77) et Mademoiselle Josette (cat. 78) -, à l’auditorium du Collège de Saint-Laurent et à la salle des Compagnons. Au cours du mois de janvier 1952, les Marionnettes Daudelin sont en vedette chez Dupuis Frères à Montréal. Des spectacles sont également donnés durant les étés de 1952 et de 1953.

En 1952, Daudelin participe au 69e Salon du printemps du Musée des beaux-arts de Montréal avec un plâtre intitulé Dzia.

À compter du 20 février 1953, à l’Atelier Textiles, rue Union, à Montréal, Daudelin expose bijoux, sculptures et aquarelles.

Du 24 septembre au 25 octobre 1953, Tête de ciment (cat. 26) et Femme accroupie (cat. 36) sont parmi les œuvres sélectionnées pour l’exposition des concours artistiques de la Province au Musée de la Province, à Québec.

En novembre 1953, Daudelin expose des sculptures et des dessins à La Boutique, chemin de la Côte-des-Neiges, à Montréal, en compagnie de Julien Hébert, Anne Kahane et Gabriel Filion. Il y expose notamment la version originale en plâtre de Elsa (voir cat. 37).

En avril 1954, paraît Visages de l’homme de Jean Sarrazin aux Éditions Beauchemin avec 38 illustrations de Daudelin.

Du 25 août au 15 novembre 1954, une jardinière en céramique de Daudelin fait partie de la sélection canadienne présentée à la dixième Triennale de Milan.

En 1954, Louise et Charles Daudelin participent, avec leurs marionnettes, a la réalisation d’un film pour La santé par le lait par Benoît de Tonnancour Films.

En 1955-1956, les Daudelin participent à diverses émissions de type expérimental La bonne étoile, Champ libre, La terre est ronde pour la télévision de Radio-Canada.

En 1956, la Société artistique de l’université de Montréal organise, dans le hall d’honneur, une « Exposition d’art de la province de Québec », qui comprend de la céramique, de la joaillerie, des émaux, de la sculpture et de l’orfèvrerie, et où Daudelin est représenté. 
Fig. 5. L’artiste dans l’atelier de sa maison de Kirkland, 1958


Du 4 juin au 3 septembre 1956, Daudelin est parmi les 20 artistes sélectionnés a la première exposition de sculptures en plein air dans l’enceinte des casernes de l’Île Sainte-Hélène, à Montréal. Il y présente Femme accroupie (cat. 36).
Parallèlement, il participe au Panorama de la peinture présenté au restaurant Hélène de Champlain avec deux toiles, dont Masque (cat. 88).

Le 22 novembre 1956, Charles et Louise Daudelin conçoivent et animent une quinzaine de marionnettes pour l’opéra Le retable de maître Pierre de Manuel de Falla, par Wilfrid Pelletier et diffusé dans le cadre de l’émission l’Heure du concert à l’occasion du 10e anniversaire du décès du compositeur (cat. 90 à 99). Ils participeront également, pour la même émission, à la manipulation de marionnettes lors de la diffusion de L’enfant et les sortilèges de Maurice Ravel.

À compter du 1er novembre 1957, le Théâtre du Nouveau-Monde joue L’œil du peuple d’André Langevin à l’Orpheum. La conception de l’affiche et du programme est de Daudelin.
 
 
     
 
Toute reproduction ou utilisation d’une œuvre de Charles Daudelin est assujettie à la Loi sur le droit d’auteur.
Quiconque désire reproduire ou autrement utiliser une œuvre doit en faire la demande à la SODRAC (arts@sodrac.ca), qui gère les droits d’utilisation du catalogue Daudelin.